© Roland Gigoi_edited.jpg

« BIEN, REPRENONS »
Muerto Coco (Cie)

THÉÂTRE / MUSIQUE LIVE / CRÉATION RADIOPHONIQUE

  À partir de 10 ans

« Bien, reprenons » se situe quelque part entre le théâtre, la musique live et la création radiophonique.

 

Un musicien remonte à la première mesure et rejoue la partition de sa vie. On y parle entre autres de pédagogie poussiéreuse de conservatoire, de repas de famille, de flûte à bec et de conseillers pôle emploi, de « est-ce-que-vous-êtes-chauds-Carcassonne ?!!!!! » et d’une possible réincarnation en homard bleu d’Atlantique. C’est une suite autobiographique mêlée de fiction où le réel se révèle dans sa dimension poétique, humoristique, absurde et sensible.

Photos ©Roland Gigoi (haut) ©Jean-Pierre Lacoste (bas)

CRÉATION : 2020

DURÉE : 1h

Samedi 28 mai

16h15

Jardins Rosa-Luxemburg, 18e

Dimanche 29 mai

14h30 et 18h10

TEP Verdun, 10e

© Jean-Pierre Lacoste.jpg

DISTRIBUTION

Jeu, écriture, composition :

Roman Gigoi-Gary

Sonorisation :  

Arnaud Clément

Regard chorégraphique :

Léonardo Montecchia

Regard extérieur :

Marc Prépus

Production :

Camille Grégoire

Travail d'acteur :

Maxime Potard 

INFOS PRODUCTION

Coproductions, accueils en résidences : Les Elvis Platinés – Festival Transes Cévenoles (30), Le Citron Jaune – Centre national des arts de la rue et de l’espace public (13), Théâtre Joliette – scène conventionnée (13), Le Rudeboy Crew – Festi’val d’Olt (48), Animakt (91), La Grange Bouillon Cube (34), La Gare aux Artistes (31), Festival Marelle s’emballe (18), Karwan – Réseau RIR (13)

 

Avec le soutien de : la DRAC PACA, de la Ville de Marseille et de la Région Sud.

BIOGRAPHIE

Muerto Coco (Cie)

Raphaëlle Bouvier et Maxime Potard se sont rencontrés en 2008 au Théâtre des Ateliers d’Aix-en-Provence. En 2009, ils co-fondent le collectif Le coq est mort puis laissent place au duo du Détachement International du Muerto Coco, avec lequel ils s’attaquent à l’écriture personnelle, à la voix amplifiée et aux extensions électroniques de la poésie sonore. Dès 2013, Roman Gigoi les rejoint, complice musicien d'abord, puis au fur et à mesure des créations partenaire de jeu et co-responsable. Ils et elle cherchent à amener la poésie contemporaine là où on ne l'attend pas, et à ne pas se confiner aux salles de théâtre ou aux lieux dédiés à l'art contemporain.